20-07-19 – FESTIVAL – CARCASSONNE

Un groupe de rock : La Ruda. Des copains saumurois qui décident en 1993 de commencer à répéter et travailler la musique. Des premiers morceaux et rapidement des premiers concerts. Pour réaliser un concert,  jouer les morceaux, avoir « l’envie » ne suffit pas. Il faut s’entourer de techniciens. Nous avons eu la chance et nous avons la chance encore aujourd’hui d’être très bien entourés. Voici aujourd’hui les garçons qui participent à cette aventure. J’insiste, sans eux, la Ruda n’aurait pas été ce qu’elle est devenue. Faire un concert, c’est un moment unique, le réussir c’est un travail collectif. L’organisation de la tournée, la gestion du matériel, le son, la lumière, tous les « à côtés »…sont les éléments invisibles qui font que le concert se déroule comme prévu.

Il y a plusieurs fonctions clés lorsque vous réalisez une tournée. 

Le tourneur : C’est lui qui trouve les dates et qui règle les contrats avec les organisateurs. Aujourd’hui, notre tourneur c’est l’IGLOO à Angers. 

Le Tour-Manageur : Cédric. Sa fonction est d’organiser tout ce qui se passe à partir du moment où l’on monte dans le camion. Il rédige les feuilles de route, il gère les trajets, il conduit les camions, il gère l’arrivée sur site, les horaires, les repas, les hôtels, les changements de plateaux, la technique… Il charge, décharge avec tout le monde, il aide pour tout, il est partout sur notre vie en tournée. C’est un travail de dingue car cette grande famille est parfois faites de grands « adolescents ». Cédric est fiable, sérieux , un poil hyper actif, toujours disponible, jamais fatigué… ça c’est complètement fou, je ne sais pas quand il dort !?

Le sonorisateur façade : François. C’est le nouveau de l’équipe. Il gère le son en façade. Ce que vous entendez en concert est orchestré par François. Il est bon, très bon.. Il sort les cuivres, la voix, il met du relief, il lance les effets. En amont, il a répété avec nous cet hiver pour écouter, pour comprendre comment on jouait, pour connaitre notre son. Il a donc choisi les micros pour nous. Il vient avec ses propres micros… Il maîtrise donc toute la chaine sonore. De la sortie des amplis jusqu’aux enceintes de façade. C’est quelqu’un qui a une belle oreille. Sa fonction est donc fondamentale… Vous savez ce moment où vous écoutez un groupe et que la musique vous remplit complètement ? Eh bien, c’est son travail : toucher le coeur.

Bien sûr, comme tous, il est là pour installer, charger, décharger… toujours disponible.

Le sonorisateur retour:  Florian. Vous ne le voyez pas puisqu’il est sur scène à nos côtés. Il est nos oreilles en concert. Sa fonction est de faire le son sur scène. Le matériel est installé, le public est là… La lumière s’abaisse et nous rentrons sur scène. Encore quelques secondes et le concert démarre. Vous avez beau avoir toute l’envie possible, si dans les retours il n’y a pas le son parfait, vous n’arriverez pas à développer votre jeu, votre son et toute l’énergie qui va avec. Sans Flo, on est creux. Il connait nos besoins pour que l’on soit dans notre univers sonore. Chaque musicien a besoin d’un environnement sonore différent sur scène. C’est lui qui gère ça. C’est lui qui nous englobe de vibrations pour que l’on soit bien. Il est intuitif, hyper réactif, il connait le set par coeur et suit les retours suivant les morceaux. C’est parfait. Imaginez quelques secondes le travail. Tous les soirs l’environnement est différent, nouvelles scènes, nouveaux lieux… Chaque soir le son est particulier et pourtant chaque soir nous sommes dans notre univers propre. Il est donc ce filtre entre le lieu, la scène et nos oreilles sans que l’on s’en rende compte.

La lumière : Medhi. Le relief, l’émotion, l’enthousiasme, l’énergie… Tout cela vient de la lumière. Medhi habille la Ruda pour en faire un groupe de rock. Le son ne suffit pas sur un concert, la lumière est là pour en faire un souvenir. Comme pour le son façade ou retour, Medhi a écouté, travaillé avec nous en amont. Un vrai lighteux est un musicien qui a ce truc en plus : d’exprimer le son en lumière. Il crée des tableaux. Tout est pensé sur la durée. Le froid, le feu, le brut, le doux, l’énergie, l’ambiance. La lumière peut faire la part belle aux textes ou au contraire transformer le groupe en une boule d’énergie. Mehdi est aussi batteur dans sa vie de musicien. Il n’y a donc pas de débat sur les tops, ces moments où la lumière appuie les « pêches » les sauts, les refrains, les couplets… Chaque soir, il doit tout reprogrammer, je ne compte plus les après-midis où lorsque l’on se repose à l’hôtel, Medhi reste sur site pour caler ces effets, souvent il mange le soir devant sa console pour finir la préparation… Il est même là parfois pour implanter les lumières sur scène. Présent, courageux, engagé… Et toujours le sourire.

Backliner – Merchandiseur : Amael ou Lucas. Sur ce tour, nous avons deux personnes pour ce poste. Charger, décharger, conduire, installer le matos sur scène, gérer avec Cédric les changements de plateaux, être là au bon endroit au bon moment puis pendant et après le concert tenir la boutique, le merchandising. Ces deux garçons sont parfaits, rigoureux et accueillants lorsqu’ils vous reçoivent à la boutique et très pro lorsqu’ils sont sur une scène pour aider. Sans eux, tout serait pus long, plus fatigant, plus douloureux…Merci

Voilà le tour complet de la partie invisible de l’iceberg. Merci à vous messieurs, C’est ça un groupe de rock.

Et je vais un peu plus loin encore… Merci à tous les techniciens qui montent les systèmes, la scène, les organisateurs, les assos, les mairies, la sécu, tous les bénévoles, les programmateurs, les administrateurs, tous les commerçants qui jouent le jeu… Elle est là, la valeur ajoutée. Tous ces gens qui font de la France une terre de culture, une économie aussi ( presque 60 milliards d’euros l’année dernière) , un endroit où les gens se retrouvent, se rencontrent, vivent ensemble un instant de joie, de cris, de sourires, un moment où l’on se lâche, ou l’on est vivant, plein, heureux…

 

 

 

De gauche à droite: 

Lucas, Medhi, François, Flo, Cédric…

Ce n’était peut-être pas le meilleur concert de la Ruda… Disons qu’il a fallu plus de temps pour être en osmose avec le public… Mais nous y sommes arrivés. 

Merci encore à Doumé pour ces retrouvailles !

On parle de l’after ? … bzz..rrgh.. fffouuu  … Arrrgghhh  …désolé, je passe dans un tunnel…

1 réflexion sur “20-07-19 – FESTIVAL – CARCASSONNE”

  1. On vous a retrouvé, on ne se lâche plus….merci pour cette tournée, qui sait, peut-être le temps de passer en studio pour un retour dans les bacs…!
    Merci messieurs pour la sueur, le bruit, la joie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *